EGLISE

Accueil Haussy Page courante

L'église de Haussy est dédiée à St-Pierre
Cette paroisse est rattachée au décanat de Haspres qui fait lui même partie du diocèse de Cambrai.

Il convient de distinguer trois aspects de cette église :
         -  l'aspect religieux proprement dit avec ses cérémonies et ses manifestations de foi
         -  l'aspect matériel avec les bâtiments.
         -  l'aspect financier avec les terres de l'Eglise, les bénéfices et les propriétés ecclésiastiques.

L'église et la religion
En ces siècles où la croyance religieuse étaient très forte, l'Eglise intervient dans tous les moments importants de la vie : naissance, mariage, décès.

Le baptême des nouveau-nés avait lieu le jour même de leur naissance ou au plus tard le lendemain. Si la vie de l'enfant était en danger, la sage-femme procédait à un ondoiement au moment de la naissance.
Les mariages étaient célébrés, en principe, dans le village de la fiancée, après la publications de trois bans mais la dispense de deux d'entre eux était fréquente, de même que les dispenses de consanguinité.
La sépulture, très rapide par crainte de la " corruption " était faite dans le cimetière entourant l'église. 
Mais, jusqu'à son interdiction par un arrêt du roi le 12.11.1776 par mesure d'hygiène, le " must " en la matière était d'être enterré dans le choeur de l'église, privilège réservé à une élite.

Ces trois cérémonies ont conduit à la rédaction des registres paroissiaux qui, jusqu'à la révolution, étaient tenus par les curés
Le mariage et la mort ont suscité la rédaction de contrats, de testaments et de successions.
Les testaments nous informent sur les dons, les créations d'obits et les dernières volontés concernant la sépulture.

Haussy était le siège d'une confrérie, dite Confrérie de Notre-Dame de Miséricorde. Érigée le jour de Pentecôte 1619, elle est renouvelée par Bulle perpétuelle du pape Pie VI en 1777. 
Les registres paroissiaux nous livrent en 1637 la liste de ses membres : 356 personnes.

Pourtant, tout n'est pas serein dans le paysage religieux. Un habitant du village, Pierre de Cartegny fait partie de la compagnie de Michel Herlin, et, le 1er juin 1558, lors de la répression ordonnée par Marguerite de Parme, gouvernante des Pays-Bas et dirigée par Noircarmes, il a la tête tranchée au gibet d'Anzin.
Au fil des ans, les registres paroissiaux nous confirment que quelques protestants vivent à Haussy.
En 1762, quelques uns iront même jusqu'à Tournai pour se convertir à la religion réformée.

Les édifices religieux

La puissance financière de l'église
L'Eglise de Haussy est propriétaire de terres et, comme tout bon propriétaire, elle est soucieuse de bien gérer son capital. 
Régulièrement, elle organise une adjudication de baux. Celle de 1717 nous permet de connaître le patrimoine exact de l'Eglise. En effet 10 mencaudées et 9 boisteaux de terres, répartis en neuf lots sont adjugés sous la surveillance des administrateurs de l'Eglise. La petite dimension des parcelles, leur morcellement laissent supposer qu'elles sont tombées par dons successifs dans ce patrimoine.

Des transactions modifient ses biens comme, par exemple, la vente du 30 février 1742 d'une mencaudée au seigneur
Par ailleurs, la paroisse est source de bénéfices pour le Clergé

Une grande partie du territoire d'Haussy était, avant la révolution, la propriété de différentes congrégations religieuses. La plus importante en superficie et en influence était l'Abbaye de Saint Amand avec la ferme du Hamel et les terres qui s'y rattachent.
Mais nous connaissons d'autres propriétaires religieux :